Les enjeux de la rénovation énergétique à l’horizon 2030 : les prévisions !

Les enjeux de la rénovation énergétique à l’horizon 2030

Votée par l’Assemblée nationale depuis le 27 juin 2015, la loi sur la transition énergétique ordonne une rénovation énergétique obligatoire d’ici 2030. Depuis son initiation, la mise en œuvre de cette décision peut s’observer sur tout le territoire français. Elle est progressive, mais promet d’excellents résultats d’ici la fin du délai imparti. Quels sont donc les enjeux de la rénovation énergétique à l’horizon 2030 ?

L’enjeu économique de la rénovation thermique et énergétique

Une étude réalisée par le bureau Citizing démontre que la réalisation de ces travaux de rénovation pourrait permettre à la France de faire un total de 113 milliards d’euros d’économies d’ici 2030.

Cette somme devrait être répartie comme suit : 58,4 milliards d’économies pour les ménages français (secteur résidentiel), 34 milliards d’économies dans le secteur tertiaire et près de 21 milliards d’économies dans le secteur industriel.

De tels chiffres s’expliquent par une économie d’énergie et une réduction des frais qui y sont liés.

Une forte croissance du marché de la pompe à chaleur en France

La pompe à chaleur est un excellent générateur qui utilise l’énergie renouvelable extérieure et qui offre une performance énergétique remarquable. Ce dispositif représente la solution de remplacement des chaudières traditionnelles.

Il sert donc au chauffage et à la production d’eau dans les bâtiments. En se référant aux analyses de l’Association française pour les PAC (Pompe À Chaleur) ou AFPAC, le marché de ce dispositif a de fortes chances d’atteindre le sommet à l’horizon 2030.

De façon plus détaillée, l’on s’attendait à deux cas de figure en 2015. Dans le premier, la valeur du marché de pompe à chaleur devait doubler. Pour cela, il faudrait que son développement suive une évolution exponentielle jusqu’en 2030.

Plus concrètement, le marché devrait atteindre 3,93 millions de tonnes équivalent pétrole (tep) contre 2,21 millions de tep en 2014. Le second cas de figure devait être possible si une démarche plus volontariste était engagée dans ce sens. L’AFPAC démontrait que le marché de la PAC avait la possibilité d’atteindre 6,33 millions de tep en 2030.

L’évolution actuelle de la situation laisse croire que les études réalisées étaient assez prédictives. Alors que l’on notait une progression de 18 % du marché de pompe à chaleur air/air en 2018, les ventes d’unité extérieures ont connu une évolution de 27,6 % en 2019. Quant au marché de pompe à chaleur air/eau, le boom observé était d’environ 82 % en octobre 2020.

Les enjeux sanitaire et écologique

Alors que la pollution atmosphérique est à l’origine de nombreuses affections respiratoires, le réchauffement climatique transforme le climat et l’écosystème. Il en résulte une augmentation des risques de multiplication de certaines bactéries ou certains organismes nocifs.

En plus de toutes ces problématiques qui sont aussi bien sanitaires qu’environnementales, la production de tout type de déchets (notamment les déchets nucléaires) vient s’ajouter à la liste.

Sachant que ce sont les dispositifs actuellement utilisés (chaudière au fioul par exemple) qui sont à l’origine de ces problèmes, la rénovation énergétique a pour but de les bannir et de les remplacer entièrement d’ici 2030. Pour cela, certains équipements sont déjà en plein processus d’interdiction.

L’interdiction du chauffage au fioul en France avant 2030

Bien avant la chaudière au fioul, la chaudière basse température avait déjà été interdite par le gouvernement français. D’ici 2030, ce dernier a pour objectif d’interdire la commercialisation de chaudière au fioul.

Bien qu’il soit la troisième énergie utilisée pour le chauffage en France, le fioul est connu pour son caractère polluant et sa difficulté d’accès (coût élevé). Il est donc souhaité que tous les détenteurs de chaudière au fioul procèdent à une transition énergétique.

À cet effet, il existe toute une variété d’équipements écologiques et économiques comme la pompe à chaleur ou encore la VMC double flux mis à leur disposition pour remplacer leur ancienne chaudière. En dehors de cela, il est possible de bénéficier d’une prime coup de pouce pour alléger le poids financier que constituent les travaux de rénovation énergétique.

Les enjeux politique et sécuritaire de la rénovation

Du point de vue politique, la transition énergétique est censée accorder une meilleure indépendance énergétique au territoire français. Ainsi, l’on pourrait éviter de subir les variations de prix dues à la situation politique des pays producteurs.

Il pourrait également y avoir moins de tensions entre les pays vendeurs ou acheteurs d’énergie. Quant au côté sécuritaire, il est spécialement lié au système énergétique français. Ce dernier repose énormément sur l’énergie nucléaire.

Mais, celle-ci nécessite une grande quantité d’eau et la production de déchets nucléaires. Il existe donc des risques d’accidents catastrophiques qui pourraient être évités grâce au remplacement progressif de l’énergie nucléaire par des énergies renouvelables.

Tout comme par l’économie d’énergie qui passe autant par le système de chauffage que par l’isolation thermique par l’extérieur par exemple.