Améliorer les performances de votre maison : astuces et aides financières 2021

Les questions liées à l’écologie sont au cœur des préoccupations à travers le monde. Ici et là, les États consentent de nombreux efforts pour sensibiliser les ménages à s’inscrire dans la transition énergétique, notamment par l’amélioration de l’habitat et ceci grâce à des incitations fiscales ou des aides financières directes.

En France, on évalue à 240kWhep/m² la consommation énergétique annuelle. Traduisant principalement un parc immobilier vieillissant, ces chiffres interpellent et appellent à des actions pertinentes, en faveur de l’efficacité énergétique des logements.

Si vous êtes comme plusieurs affecté par une prise de conscience écologique et souhaitez également réduire le coût de vos factures d’électricité, vous trouverez dans cet article les astuces et aides financières pour améliorer efficacement les performances de votre maison.

Profiter des aides financières à la rénovation énergétique

Pour inciter les ménages à opter pour une rénovation énergétique de leurs logements, l’État a mis en place diverses mesures financières. Plus précisément, les aides pour isoler les murs, acquérir une chaudière plus performante et réduire votre facture d’électricité sont disponibles. Il vous faut les connaître, afin d’identifier celles qui correspondent le mieux à vos besoins d’éco-rénovation.

Les aides financières disponibles en 2021

« MaPrimeRénov » est une aide lancée le 1er janvier 2020 et qui remplace d’anciennes dispositions telles que le crédit d’impôt transition énergétique ainsi que les aides de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) « Habiter mieux agilité ».

Cette prime s’adressait dans un premier temps aux ménages modestes, voire très modestes. Aujourd’hui, tous les propriétaires peuvent y prétendre, et ce, quel que soit le niveau de ressources. « MaPrimeRénov » s’adresse en effet à tous les ménages, ainsi qu’aux copropriétés et aux propriétaires bailleurs.

On peut donc en jouir pour une résidence principale, ainsi que pour les travaux de rénovation des parties communes, dans le cas d’une copropriété. Aussi, les travaux doivent porter sur une surface maximale de 100 m². À noter qu’un classement par couleur permet désormais aux bénéficiaires de repérer le montant de l’aide en fonction de leurs revenus.

Par ailleurs, on note également les primes CEE, qui peuvent être cumulées avec d’autres aides, notamment « MaPrimeRénov ». Cette aide vise à soutenir les particuliers pour l’amélioration des performances énergétiques de leur logement. Il peut être question d’une résidence principale ou secondaire.

Il s’agit d’aides d’entreprises de fourniture d’énergie, qui peuvent prendre la forme de diagnostics-conseils, prêt à taux bonifié, mise en relation avec un réseau qualifié d’artisans, remise sur votre facture d’électricité, bons d’achat dans votre magasin, etc. Pour prétendre aux primes CEE, le logement doit être achevé depuis au moins 2 ans.

Autres aides financières disponibles en 2021

Le programme « Habiter Mieux Sérénité » de l’Anah est toujours disponible en 2021. En effet, il s’agit d’une aide destinée en particulier aux ménages à revenus modestes, voire très modestes. Pour peu que les travaux de rénovation énergétique procurent un gain énergétique d’au moins 35 %, vous pouvez jouir de cette aide pouvant couvrir en 35 et 50 % des travaux, pour un plafond de dépense de 30000 euros dans tous les cas.

Pour jouir des aides du programme « Habiter Mieux Sérénité », il faut être propriétaire d’un logement achevé depuis 15 ans au moins. Prenez soin néanmoins d’effectuer la demande avant de signer le devis.

Du reste, le prêt à taux 0 et le chèque énergie, sont des moyens de financer le montant restant des travaux de rénovation énergétique de votre logement.

Dispositif prolongé jusqu’au 31 décembre 2021, l’éco-prêt à taux 0 vous permet de financer la rénovation énergétique de votre maison, sans avance de trésorerie ni intérêts. Pour en jouir, le logement doit être déclaré comme résidence principale, maison ou appartement et notamment achevé avant le 1er janvier 1990.

L’éco-prêt à taux 0 vise entre autres les personnes physiques, y compris en copropriété, ainsi que les sociétés civiles non soumises à l’impôt sur les sociétés, et dont au moins un des associés est une personne physique.

Pour ce qui concerne le chèque énergie, il s’agit d’une aide nominative, pour le paiement des factures d’énergie ou de rénovation énergétique du logement. Il est envoyé chaque année, dans la période allant du 29 mars au 30 avril. Ce chèque est destiné aux personnes ayant des ressources modestes. Vous pouvez tester votre éligibilité au chèque énergie grâce au simulateur disponible sur chequeenergie.gouv.fr.

Astuces pour une bonne rénovation énergétique

Pour une bonne rénovation énergétique, il faut d’abord identifier les sources majeures de déperdition. Cela vous permettra de mieux structurer vos efforts et de définir convenablement les priorités pour de bon résultats. L’éco-conditionalité des aides financières oblige à prioriser les travaux.

En effet, le toit représente près de 30 % des déperditions. Une isolation de la toiture mérite donc d’être envisagée en priorité. Ensuite, en termes de sources de déperdition, nous avons les murs qui représentent 25 % des déperditions, et seulement 13 % pour les fenêtres.

L’isolation de la toiture et des murs est donc prioritaire sur le changement de vitrage, contrairement aux idées reçues. Ce n’est qu’ainsi que vous pouvez vous assurer d’un gain d’énergie appréciable.

Par ailleurs, un changement du système de chauffage, un remplacement des équipements vieillissants ou non performants, ainsi que l’installation d’une ventilation performante, sont entre autres investissements à envisager, pour une rénovation énergétique efficace. Sur mon-jardin-ma-deco.com, vous trouverez des ressources pour vous aider à faire les meilleurs choix à cet effet pour équiper en conséquence votre maison.

Améliorer les performances de votre maison est en sommes une bonne idée, autant pour réduire votre facture d’électricité que pour l’écologie. Néanmoins, il faudrait procéder de façon méthodique en privilégiant les plus grandes sources de déperdition, sans oublier de recourir aux divers dispositifs en vigueur ou aides financières pour un financement apaisé.